Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

qui est là ?

visiteurs sur le site

Compteur de visiteurs en temps réel

Publié par nounou Pascale

La garde à domicile représente le premier mode de garde en France pour les enfants de moins de 3 ans. Pourtant, les 400 000 assistantes maternelles ne se sentent pas entendues quand elles souhaitent une évolution de leur convention collective qui n’a pas bougé depuis 2005.

...lire

Au-delà des visées syndicalistes, il s’agissait aussi de faire le point sur la profession de celles qu’on appelle communément des nounous. « On est une profession, il faut bouger, qu’on avance. Si on n’attaque pas, on n’obtient rien », reprend la responsable en reconnaissant : « On est souvent critiqués parce qu’on est un peu trop revendicatifs. »

Et les revendications sont nombreuses : les assistantes maternelles souhaitent une revalorisation des minima qu’elles perçoivent et une rétribution qui prendrait en compte leurs compétences et leur ancienneté. « Nous n’avons aucune évolution de carrière », rappellent-elles soulignant les difficultés pour mettre en place des sessions de formation. Les professionnelles souhaitent également la suppression des limites d’âge sur les agréments, qui impose de facto une réduction du nombre d’enfants gardés.

Licenciées sans préavis, victimes de parents qui tentent de ne pas payer les congés, absence de médecine du travail (donc de reconnaissance de maladie professionnelle), couperet de l’agrément qui tombe tous les cinq ans… les assistantes maternelles paient au prix fort l’indépendance à laquelle elles sont attachées. « Nous sommes obligées de nous battre deux fois plus que les autres salariés pour obtenir l’application de nos droits », constate Clara Costa.

Chômage et retraite

Sans oublier le chômage de plus en plus présent dans la profession. « La crise, on la subit aussi, les gens qui perdent leur emploi ne donnent plus leurs enfants à garder. » Sans oublier, le développement des crèches et jardins d’éveil. Non qu’il faille opposer les différents modes d’accueil, mais force est de constater souligne Patricia Serazin, qu’ils sont « mal répartis sur le territoire ».

Et puis, il y a la retraite. A Thionville, plusieurs nounous en fin de carrière avaient fait leur calcul. L’une touchera 780 € bruts, l’autre, 655 €… toutes deux ayant travaillé sans interruption de carrière. La pilule est amère.

E. de R.

Commenter cet article

stephanie 23/11/2012 14:06


hé, oui, il faut bien rappeler aux parents comme aux autres adultes en général que les assistantes maternelles au delà de leurs importantes responsabilités, de leur engagement au quotidien et de
leur sérieux sont des travailleuses précaires. Au lieu de négocier indéfiniment sur nos maigres avantages sociaux ou salaires, il faut reconnaitre notre statut comme il l'est. Mais c'est aussi
aux assistantes maternelles de faire passer le message, de vulgariser les dessous et les difficultés du métier, pour espérer un peu plus de reconnaissance et peut-être un statut un peu plus
protégé. Merci à toi Pascale de concourir à ce passage de relais.  

nounou Pascale 02/12/2012 21:39



mais c'est bien dit tout ça Stéphanie, on  sent que tu maitrises le sujet.



laurie 23/02/2012 14:58


gloups!

nounou Pascale 24/02/2012 21:03



attention à gagner assez pour la retraite.



assmatcoco 23/02/2012 14:37


et oui, un beau metier mais pas facile


 

nounou Pascale 24/02/2012 21:03



des points importants sur cet article.