Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

qui est là ?

visiteurs sur le site

Compteur de visiteurs en temps réel

Publié par nounou Pascale

Créer un environnement sécuritaire

Le jeune enfant exprime ses émotions lorsqu’il se sent en sécurité, lorsqu’il 

a confiance en lui et lorsqu’il a établi des relations positives et authentiques 

avec l’éducatrice. L’éducatrice doit créer un environnement dans lequel les 

habiletés et les forces de l’enfant sont mises en valeur. 

Accepter l’expression des émotions

L’éducatrice ne juge pas les émotions comme étant  bonnes  ou mauvaises. Elle  accepte  les émotions  positives  ou  négatives  de  l’enfant

comme étant normales. Lorsque l’enfant exprime une  émotion,  l’éducatrice l’accepte  par  ses paroles, par ses expressions faciales ou par ses

gestes. Elle peut également montrer qu’elle respecte l’émotion de l’enfant par le contact des yeux  lorsqu’elle  se  met  physiquement  à  sa hauteur.  Avant  tout,  l’éducatrice  fait  preuve  de pa tience,  demeu re  calme  e t  con t rôle  la situation

 

Reconnaître les émotions

L’éducatrice  aide  l’enfant  à  reconnaître  et  à  comprendre  les  expressions faciales et le langage non verbal des autres. L’enfant observe le froncement des  sourcils,  les  lèvres  tremblantes,  la  mine  basse,  le  visage  rouge,  les larmes, etc. Ces expressions indiquent des émotions : la peur, la colère, la joie,  la  tristesse...  

Voici  trois  activités  qui  aident  l’enfant  à  reconnaître  les émotions.

Le  P’tit  Dé :  À  partir  de  photos,  de c o u p u r e s   d e   j o u r n a u x  

o u   d e magazines, l’enfant  découpe  des visages  qui  expriment  différentes émotions.  

L’enfant  colle  des  visages sur  chaque  côté  d’un  dé  de  carton. 

En  roulant  le  dé,  il  donne  un  nom  à l’émotion  exprimée  par  le  visage  qui apparaît sur le dessus. S’il le désire, il peut  raconter  un moment  où  il  s’est senti de la même façon. 

 

Le  chapeau :  L’éducatrice et les enfants  remplissent un chapeau ou 

une grosse enveloppe  d’images  qui  représentent  différents  visages. 

Au son de la musique, les enfants se passent le chapeau. Lorsque la 

musique  s’arrête,  l’enfant  qui  a  le  chapeau  choisit  une  image  et

tente  de  nommer  l’émotion  exprimée  sur  le  visage.  L’enfant  peut 

aussi mimer l’émotion qui est représentée sur l’image. 

Le coin de l’émotion : Ce jeu place l’importance sur les émotions de 

la  journée.  L’enfant  dit  et  représente  par  un  dessin,  une  peinture, 

une danse, etc. comment il se sent aujourd’hui. Quelques jours plus 

tard, l’éducatrice reprend le jeu et fait réfléchir l’enfant sur la nature 

changeante des émotions.   

Nommer les émotions

L’éducatrice écoute les mots que l’enfant utilise pour nommer son émotion. 

Le mot qu’utilise l’enfant peut être comparé à une couverture de  sécurité 

qui l’aide à maîtriser une émotion. En plus d’aider l’enfant à identifier son 

émotion, l’éducatrice peut verbaliser les préoccupations de l’enfant,

comme dans l’exemple ci‐dessous.



Nathalie  est  debout  devant  la  porte  du  poste  de  police.  Elle  pleure.  Elle  ne  veut  pas  entrer. 

L’éducatrice sait que Nathalie était très heureuse de visiter le poste de police. Mais, les émotions de Nathalie  ont  changé.  L’éducatrice  se  penche  vers  l’enfant  et  dit :  « Tu  ne  veux  pas  entrer ?  ». 

Nathalie répond : « J’ai peur des sirènes.  Je n’aime pas le bruit qu’elles  font ». L’éducatrice ajoute doucement : « Je comprends. Tu as peur que les voitures de police mettent leur sirène en marche ». 

Nathalie fait signe que oui. L’éducatrice poursuit: « Tu as raison. Les sirènes de police font un bruit très fort. Mais, elles sont silencieuses maintenant, n’est‐ce pas ? Et, je peux voir d’ici que tes amis ont du plaisir à visiter les belles voitures. Si je te tenais la main, et qu’on entrait ensemble ? ». Nathalie s’arrête et  dit :  « Et  si  les  sirènes  se mettent  à faire  du  bruit ?  ».  L’éducatrice  rassure  l’enfant en disant : « Si les sirènes font du bruit, nous sortirons tout de suite ».  « OK », dit Nathalie.   

Le soutien et le temps accordés à Nathalie l’ont aidée à surmonter sa peur. L’éducatrice traite les émotions comme faisant partie des expériences quotidiennes normales de l’enfant, tout autant que le partage, la collaboration, etc.

Commenter cet article

assmatcoco 05/09/2012 19:31


c'est pas toujours facile d'acceuillir les emotions des autres surtout si se sont des proches


enfin moi je trouve