Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

qui est là ?

visiteurs sur le site

Compteur de visiteurs en temps réel

Publié par nounou Pascale

 

pour ne pas être prises au dépourvu, quand l'hiver sera venu...

 

un article à lire en intégralité sur capital.fr

 
 Parce que les femmes sont moins payées que les hommes, travaillent moins longtemps pour assumer l'éducation des enfants et que leur espérance de vie est plus élevée, elles peuvent  se retrouver longtemps seules à la retraite. D’ou la nécessité de préparer à l’avance cette échéance. 

Seul le mariage donne le droit au versement de la pension de réversion. Les couples non mariés doivent aussi savoir que l’immense majorité des produits d’épargne retraite comme le Perp ou le Perco ne proposent pas forcément d’option de réversion pour les pacsés ou les concubins. 

Capital.fr : Que doivent faire les allergiques au mariage ?

il faut faire une testament chez un notaire, épargner pour la retraite en faisiant des placements en son nom.

Pour une assurance vie, par exemple,c'est la personne qui a ouvert le contrat avant le mariage qui gardera l’antériorité fiscale qui est très intéressante. 

savoir si votre entreprise propose  Perco. Ce produit est particulièrement intéressant, car les versements du salarié peuvent être abondés par l’employeur. Autre avantage : la sortie peut se faire en capital et les intérêts ne sont amputés que des prélèvements sociaux. Ensuite, il faut s’intéresser à l’assurance vie, dont le fonctionnement est particulièrement souple.

 

Les personnes fortement imposées peuvent aussi opter pour un Perp. Certes, les sommes placées sont bloquées jusqu’à la retraite et la sortie ne s’effectue qu’en rente. Mais l’avantage fiscal à l’entrée est important, puisqu’il permet de déduire de son revenu imposable 10% des sommes versées, dans la limite de 27.696 euros.

 

Si votre situation le justifie, n’oubliez pas non plus de sélectionner l’option de réversion. La rente servie sera un peu plus faible, mais vous protégerez ainsi votre conjoint. 

Propos recueillis par Frédéric Cazenave
© Capital.fr

Commenter cet article